La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

JOURNAL VIRTUEL

 

Aujourd'hui, mon regard s'est posé sur un livre du Dalaï-Lama regroupant 365 méditations ou sages réflexions. En vente à 1$, je me le suis procuré avec le même sentiment que j'avais enfant lorsque je m'achetais des bonbons, avec une joie toute naïve! Mais au fond, je rêvais qu'il inspire mon infolettre du mois d'avril... ;) Mission accomplie! Je vous partage ce passage, la pensée 240, suivi de ma réflexion.

« Quelqu'un m'a écrit que lorsqu'il méditait, l'image du Dalaï-Lama lui venait à l'esprit et que cela lui faisait beaucoup de bien. Maintenant, quand il se met en colère, il pense à moi et la colère disparait. Je ne sais pas si ma photo a le pouvoir d'apaiser la colère. (Rire.) Je pense plutôt que lorsque la colère surgit en nous, si au lieu de focaliser sur l'objet qui la provoque nous pensons à quelqu'un ou à quelque chose que nous aimons, notre esprit s'apaise, au moins dans une certaine mesure. Songez par exemple à l'homme ou à la femme dont vous êtes amoureux. Votre esprit sera distrait et, comme on dit, « deux pensées ne peuvent pas surgir simultanément ». Notre esprit prend automatiquement la direction de la nouvelle image, pourvu qu'elle soit plus forte. Celle que nous avions juste avant disparait. »

Cette semaine, une étudiante est entrée au centre en colère. Personne n'aurait pu dire qu'elle l'était, mais je le sais parce qu'elle m'a partagé son soulagement suite à son cours de yoga. Cette colère était si présente en elle qu'elle était en train de gâcher une partie de sa journée. En discutant, nous n'avons pas cherché à gérer l'objet de sa colère, mais nous avons honoré la magie! Et nous avons discuté un peu de cette émotion... comment dire, envahissante et qui donne trop souvent l'impression d'être sans issue.

Comme moi, vous avez sûrement appris avec l'expérience qu'elle passe avec le temps... Mais savoir que la colère passe ne nous donne pas tellement de réponse à savoir quoi en faire lorsqu'elle nous habite spontanément.

J'adore cette pensée du Dalaï-Lama et cette anecdote de la semaine qui me rappellent combien le yoga a toujours eu le pouvoir d'apaiser ma colère, si ce n'est en pratique, en images ou en pensées! Et je parle de colère ici, mais je pourrais parler de toutes les émotions, désirs ou pensées qui tendent à nous déséquilibrer. Si on repense au texte du Dalaï-Lama, la pratique, les images ou les pensées liées au yoga en sont pour moi des plus fortes et ont le pouvoir de m'absorber jusqu'à m'apaiser. Je pourrais en dire de même pour la danse et le journal créatif. Depuis que je les connais, ils ont été mes outils, mes références, mes points d'ancrage pour transformer avec bienveillance l'indésirable en moi dans le moment présent, me réaligner. J'en suis grandement reconnaissante!

 

C'est tout pour le moment. :)

 

Josée

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer