La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

JOURNAL VIRTUEL

 

Aujourd'hui, j'ai envie de vous partager un vidéoclip (dont vous pourrez trouver le lien plus bas) du groupe de musique Groenland réalisé en forêt abitibienne par le cinéaste d'ici Eric Morin. Je vous le partage parce qu'il est simplement trop beau et empreint de pureté pour rester dans l'ombre, mais aussi parce que je trouve qu'il tombe à point avec une discussion récente avec une amie et une lecture concernant les émotions et leur côté sauvage ou menaçant. Dans ce vidéoclip, on y voit deux enfants s'amuser tel des guerriers, complètement ouverts à l'expérience de leur moment et portés par une si belle naïveté, une spontanéité.

La question des émotions est probablement plus complexe que ce petit passage du livre Les voies de l'extase de Gabrielle Roth, mais j'aime sa comparaison avec la façon dont les enfants les vivent. Parce que, comme cette auteure le dit, « les émotions ne sont en soi ni positives ni négatives : elles sont tout simplement les éléments de notre énergie de vie, ayant chacune leur propre vibration et fonction. Elles sont indispensables à notre santé et à notre bien-être. On peut dire que, essentiellement, la peur protège, la colère défend, la tristesse libère, la joie élève et la compassion unit. ».

Les enfants sont purs et sont le canal de cette énergie... Le but, dit-elle, est « que nos réactions émotionnelles soient empreintes de cette spontanéité et de cette pureté propre aux enfants, sans être mus par les remous des émotions comme les enfants le sont. Ce que nous voulons atteindre, c'est ce que le philosophe Paul Ricoeur appelle la ''seconde naïveté'', c'est-à-dire une fraîcheur dans nos réactions, une spontanéité assaisonnée de sagesse et d'expérience. Mais pour y arriver, il faut laisser nos émotions monter, apprendre à les connaître et à nous les approprier. Il faut les laisser couler dans nos vies afin d'avoir peur de ce qui nous menace réellement, de nous mettre en colère face à ce qui dérange notre intégrité, de pleurer quand nous sommes blessés, de sourire quand tout va bien et de prendre soin des vrais besoins des autres. Quand vous laissez tout ceci arriver, vous commencez alors à entrevoir ce que l'amour est vraiment. L'amour est de l'énergie émotionnelle qui coule bien. L'amour, c'est toute cette gamme des émotions que l'on exprime de manière appropriée au moment opportun, honnêtement, directement. Les amoureux sont des enfants qui ont grandi. »

J'aurais tendance à mettre au premier plan de cette gamme des émotions la compassion, parce qu'approcher la peur, la colère, la tristesse et la joie avec compassion, c'est le faire dans l'amour. La compassion est la plus profonde de ces émotions de base, mais elle peut et devrait se cultiver consciemment chez l'adulte. Elle est une porte qu'on ouvre dans le coeur... elle est un guide qu'on supporte et qui supporte en retour.

Ainsi, je suis d'accord avec l'auteure pour dire que l'énergie des émotions a besoin de pouvoir couler librement afin que nous puissions réellement vivre dans le présent et dans le flot de l'amour. Les rencontrer, les libérer, leur donner une voix demande peut-être du courage, mais comme elle le dit aussi, « pour s'en faire des amies, nous pouvons les danser, les chanter, les jouer, les écrire ou les peindre. Nous pouvons les explorer et les célébrer avec toute notre créativité. » Comme des enfants devenus conscients. Qu'en pensez-vous?

Dans tous les cas, n'hésitez pas à aller visionner le vidéoclip ici :  https://www.youtube.com/watch?v=Dsr3k7kXhoI

Je vous souhaite une belle fin de semaine! Metta,

Josée

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer