La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

JOURNAL VIRTUEL

 

Ce matin, j'ai choisi de pratiquer la danse que je m'apprête à partager dans le cours de yoga-danse. Dans le brouhaha du démarrage de mon entreprise, je constate qu'il est un peu difficile de me poser... de prendre le temps, entre toutes les tâches à effectuer afin que tout soit prêt pour l'ouverture, de continuer de faire des choses qui me font plaisir.

Après avoir dansé seulement trois chansons ce matin, chacune avec un rythme et des mouvements différents, et après avoir fait un peu de Qi Gong, je m'étonnais de sentir aussi rapidement l'énergie renouvellée dans tout mon corps et mon esprit. Une espèce de légèreté et de joie se sont installées. J'ai aussi pu sentir quelques frissons dans mon corps en dansant, parce que chaque fois que je danse, je sens toute la grandeur et la profondeur de cette action qui sont décuplées, déjà, parce qu'elle sera partagée.  Et comme il m'arrive souvent de le faire, j'ai ouvert mon livre d'enseignement de cette danse au hasard et je suis tombée sur le chapitre ''The healing power of Shake your soul''. J'avais besoin qu'on me redise à quel point c'est guérisseur.

On a tous cette sagesse en soi, qu'on tend à oublier, ou à mettre volontairement au rencart, ou de laquelle on doute, parce qu'elle n'est pas encouragée par la société. Je sais pourtant, depuis la première fois que j'ai dansé comme ça, aussi librement, vers l'an 2002 (ça fait loin!), combien c'est guérisseur.

Ce matin, je suis reconnaissante de mon professeur, Dan Leven, pour avoir tout mis en mots dans ce livre! Et de Gabrielle Roth aussi, fondatrice de la danse des 5Rhythms que je pratique depuis 2008. J'ai eu la chance de rencontrer cette femme, son fils Jonathan, sa fille Lucia, son bon ami Erik, tous formés dans l'enseignement de cette pratique, et de suivre des ateliers avec eux sur une base régulière.

Parfois, il m'arrive de manquer de confiance. De me demander qui je suis, moi, pour enseigner le yoga ou la danse... mais je commence à comprendre que chaque fois que j'en fait autant, je me fais violence... et que lorsque je prends conscience de ce mécanisme qu'on pourrait dire d'auto-destruction, il se transforme en une leçon d'humilité. On apprend toute la vie, on est toujours des étudiants, ça n'a pas de fin et c'est passionnant, et en ce qui me concerne, je sens l'appel de partager toute cette magie qui m'est enseignée depuis tant d'années. Parce que rester seule dans mon salon avec elle, ce serait très triste... Je me dois de partager la bonne nouvelle et en plus, partager, pour moi, c'est faire de la place pour de la nouveauté. :)

Ah! Et j'ai un autre projet en tête, cher Journal. Mais on ne peut pas tout faire en même temps, alors sur ces belles paroles, je retourne à mes tâches.

Bonne journée,

Josée

 


 

Aujourd'hui, j'aimerais prendre le temps de rendre hommage à une artiste de la région qui s'appelle Zoé Julien Tessier. Zoé a fait une exposition à la Fontaine des arts il y a quelques mois maintenant et j'ai été happée par la magie quand je me suis approchée pour voir le titre d'une de ses oeuvres.

Cette oeuvre s'intitule « J'ai vu un éléphant dans mon troisième oeil tantôt », une grande oeuvre, une acrylique sur tapisserie autocollante cousue sur une toile ronde de 4'1/2 de diamètre et dont je poste un zoom ici.

L'histoire, cher Journal, c'est que j'avais vu le logo du Centre Élifant dans mon troisième oeil quelques semaines auparavant. Il est apparu comme ça, de toutes pièces, et je pouvais même y lire les mots yoga et créativité. Mais dans mon coeur, cette journée-là, avant de me rendre à la Fontaine des arts, j'avais demandé à être éclairée sur la pertinence d'un tel projet aspirant à lier ces deux mondes et ayant pour image un éléphant! Comme le mental sait si bien le faire, et malgré que j'en avais eu plusieurs preuves tirées de ma propre expérience par le passé, je doutais! Je suis une grande rêveuse et je pense que j'avais besoin qu'on m'éclaire sur l'aspect réaliste ou terre à terre de ce projet...

C'est ainsi, donc, légèrement vulnérable, que je me suis rendue à l'exposition de Zoé, comme si je sentais ou espérais qu'une réponse allait s'y trouver. Il fallait voir ma réaction devant la toile, de laquelle il fallait s'approcher pour voir le petit éléphant. Une chance que j'étais seule, et en même temps, j'aurais souhaité dire à la terre entière ce qui venait de se passer. Pure magie! Pur bonheur! Pour moi, c'était la preuve concrète et irréfutable que tout était ok : il existait bel et bien un monde à explorer entre le yoga et la créativité et cette oeuvre, créée par une artiste de Rouyn-Noranda  je ne pouvais demander mieux, donnait droit à Élifant d'exister.

Bon, je m'arrête ici. Parce qu'il ne sert à rien de vouloir expliquer la magie. Je me laisse bercer par le doux mystère et suis reconnaissante, ô combien, de cette oeuvre de Zoé Julien Tessier, à qui j'ai partagé la synchronicité. Une chose est sûre avec la magie, c'est qu'il faut la partager. :) Merci,

Zozée

 


 

Depuis que je suis toute jeune, et aussi étonnant cela puisse paraître, j'ai un intérêt particulier pour les robes et les ''perfect fit''. Dès l'âge de 7 ou 8 ans, je me plaisais à choisir mes habits et à porter (le plus souvent possible) ma robe aux étoiles multicolores avec mes collants jaune serein et mes petits souliers noir. Je me suis simplifiée la vie avec l'âge pour prioriser le confort avant le look (en fait, la plupart du temps et... c'est peut-être ce qui arrive quand on devient professeur de yoga?). Mais reste que j'ai toujours gardé, bien malgré moi, ce joyeux sentiment que j'avais enfant lorsque je tombe sur une robe qui a un ''je n'sais quoi'' dans une boutique (ou dans la garde-robe de mes amies!). Et la chose étrange, c'est que je n'ai jamais su me débarasser facilement de ces robes comme je peux le faire avec mes autres vêtements... Elles sont comme de jolies oeuvres! Ceci dit, j'ai donc accumulé BEAUCOUP de robes avec le temps!

Avec le soucis de faire circuler l'énergie et de permettre à ces robes de respirer un peu, moi, Mme [Robe]rge, met ma penderie remplie de robes à votre disposition mesdames (ce n'est pas un mensonge, cette penderie se trouve dans la boutique d'Élifant). Amusez-vous! :)

Josée

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer